079 – Patrick Edooard Kitan Fondateur de BTENDANCE

facebooktwittergoogle_pluslinkedin

Patrick Edooard Kitan 

Cliquez sur le bouton Play pour écouter l’interview

 Télécharger

 

Mon cher ami Patrick Edooard Kitan, Es-tu prêt à motiver et à inspirer nos amis Entrepreneurs et aspirants Entrepreneurs à l’action ?

Patrick Edooard Kitan : Oui bien sûr et j’écoute vos questions ! 

Patrick Edooard Kitan est un chargé de communication d’une entreprise de la place et responsable d’un WEBZINE de mode et de culture urbaine du nom de BTENDANCE qu’il a cofondé avec un ami d’enfance il y a 5 ans maintenant. Il a obtenu un master en media et multimédia de l’université de Nice Sophia Antipolis basé en France et un master en ingénierie culturelle de l’école de communication et de publicité basée à Casablanca au Maroc. 

Mon cher ami Patrick Edooard Kitan merci de prendre une minute et de compléter ton introduction et parle nous un peu plus de toi.

Patrick Edooard Kitan : Merci pour l’opportunité que tu me donnes. Patrick Edooard Kitan est un jeune entrepreneur comme tu l’as dit, qui a lancé un Webzine il y a 5 ans de cela, qui travaille dure pour que ce Webzine-là s’impose ici en Côte d’ivoire et dans la sous-région et Patrick Edooard Kitan aussi travaille pour une entreprise de la place, de manière à pouvoir gagner un peu d’argent sur le côté et de pouvoir gérer des choses après….

Pour découvrir la suite, merci d’écouter l’interview.

 

Parle-nous à présent un peu plus de ta Webzine BTENDANCE.

Patrick Edooard Kitan : BTENDANCE on l’a créé il y a 5ans, je l’ai créé avec un ami d’enfance. La volonté de mon ami et de moi-même c’était de faire la promotion vraiment de la mode ivoirienne à l’échelle nationale et internationale surtout. La mode ivoirienne, il y a 10 ans, c’était vraiment la mode de référence, maintenant il y a une nouvelle forme de mode qui est là, la mode nigériane qui est très bien, la mode ghanéenne également mais qui sont vraiment les nouvelles plateformes de la mode en elle-même, donc nous on voulait faire ressortir le côté ivoirien de la chose à travers bien sûr le tissu et à travers tout ce qui concerne la mode, l’évènementiel, le ‘fashion’ mais également aussi au niveau de la culture urbaine …

Donc l’idée c’était de créer cette véritable plateforme là pour permettre à cette diaspora de l’extérieur bien sûr qui a besoin d’informations et de ressources, de pouvoir s’informer au niveau de BTENDANCE

Pour découvrir la suite, merci d’écouter l’interview.

 

Parle nous un peu de comment est-ce que tu gères tes journées d’entrepreneur.

Patrick Edooard Kitan : Ce n’est pas facile, parce que je vais au travail à 07h, je finis on va dire un peu comme un fonctionnaire mais à 16h30 je finis, mais après ça au lieu de rentrer à la maison me coucher j’ai des engagements au niveau de BTENDANCE donc j’ai des rencontres, j’ai des shootings, voilà c’est vraiment difficile, je n’ai pas de weekend …

Pour découvrir la suite, merci d’écouter l’interview.

 

Parle-nous à présent de ce que tu considères comme étant ta plus grande force en tant qu’entrepreneur et qui te permet de t’imposer ici en Cote d’Ivoire ?

Patrick Edooard Kitan : C’est le challenge, c’est-à-dire se challenger soi-même. Quand tu es jeune entrepreneur, il ne faut jamais dire que tu connais tout…

Sans critiquer, il y a certains entrepreneurs qui se disent que parce que voilà ils ont 21000 fans comme BTENDANCE ils ont assis une notoriété donc c’est fini, non ! Il faut se dire qu’une notoriété c’est un nom, … un nom d’un nouveau truc donc les ivoiriens, l’Africain, le monde entier aiment la nouveauté tant qu’il y a de la nouveauté c’est tant mieux…

Pour découvrir la suite, merci d’écouter l’interview.

 

Et quelle serait à l’opposé de ta force, ta plus grande faiblesse en tant qu’entrepreneur ? 

Patrick Edooard Kitan : Je suis une personne qui stresse beaucoup, parce que je suis on va dire un impatient dans la mesure où je n’essaie pas de me dire que le processus que je mets en avant peut prendre du temps avant de se réaliser…

Pour découvrir la suite, merci d’écouter l’interview.

Raconte-nous l’histoire de ce que tu considères comme étant le moment le plus difficile que tu as eu à vivre en tant qu’entrepreneur.

Patrick Edooard Kitan : En tant qu’entrepreneur le moment le plus difficile c’est quand on a cessé les activités avec l’autre entreprise avec laquelle on a commencé à travailler dans la mesure où il fallait vraiment que je trouve un Web designer vraiment collaboratif avec lequel je puisse travailler et qui soit vraiment dans les idées que j’ai. Et ça a été vraiment difficile parce qu’on était là on ne s’avait pas comment on allait faire…

Pour découvrir la suite, merci d’écouter l’interview.

Quelle est cette ressource technologique dont tu ne pourrais pas te passer aujourd’hui ?

Patrick Edooard Kitan : Mon ordinateur ! Parce qu’il y a toutes les informations concernant BTENDANCE, parce que je l’utilise beaucoup, parce que je fais beaucoup de recherche dessus …

Donc c’est l’outil le plus important, la ressource technologique que j’utilise le plus…

Et éventuellement ma tablette…

Pour découvrir la suite, merci d’écouter l’interview.

Quel livre recommanderais-tu à nos auditeurs pour les pousser à l’entreprenariat et à prendre action ? Et si ce n’est pas un livre quelle ressource ?

Patrick Edooard Kitan : Ma mère m’a offert Le manuel du guerrier de la lumière de Paulo Coelho, donc c’est celui que j’ai le plus lu, c’est le livre que j’ai terminé … parce qu’il est galvaniseur, parce qu’il te challenge toi-même, il te pousse à pouvoir dépasser tes lignes … 

Pour découvrir la suite, merci d’écouter l’interview.

 

Pour terminer, merci de donner un conseil à la jeunesse Africaine qui nous écoute un peu partout à travers l’Afrique et à travers le monde.  

Patrick Edooard Kitan : L’Afrique francophone me concernant est trop dans la revendication des choses, essayons de se dire que nous les Africains on peu être comme les chinois ou les asiatiques en fait, parce qu’eux ils savent que méchamment l’occident à tout fait pour pouvoir les empêcher de pouvoir devenir ce qu’ils sont. Actuellement la Chine est devenu la première puissance économique, ça c’est indéniable, mais pourquoi ? Parce qu’ils ne se sont pas couchés sur leur laurier, ils ne sont pas dans les revendications…

Il y a des revendicateurs mais n’empêche qu’ils bossent, ils travaillent dure, ils se réveillent le matin, ils se couchent le soir comme je l’ai tant dit parce qu’ils ont envie que leur pays devienne le pays qu’ils veulent qu’il soit. Si l’Africain veut devenir l’élément puissant qu’il cesse de revendiquer…

Pour découvrir la suite, merci d’écouter l’interview.

CONTACTS :

patrickedooard@gmail.com

http://www.btendancewebzine.com/

https://www.facebook.com/BTendance-140588729308131/

facebooktwittergoogle_pluslinkedin
By | 2017-04-04T08:54:10+00:00 novembre 23rd, 2016|100-Audio-Podcast, Podcasts-EEAction|