066 – Titilayo Fafoumi Fondatrice de Nuri

facebooktwittergoogle_pluslinkedin

Cliquez sur le bouton Play pour écouter l’interview

 Télécharger

Ma chère amie Titilayo Fafoumi, Es tu prête à motiver et à pousser nos amis Entrepreneurs et aspirants Entrepreneurs à l’action ?

Titilayo Fafoumi : Oui je suis prête !

Titilayo Fafoumi est né le 13 Aout 1990 à Cotonou. Elle a obtenu une licence en gestion des entreprises et elle prépare présentement son master en gestion de projets. Elle a eu à travailler en Entreprise durant un an comme commercial, ensuite elle a démissionné pour se lancer à son propre compte en créant son entreprise dénommée Nuri qui est dans la production de Jus de fruits naturels.

1mn 15s :

Ma chère amie Titilayo Fafoumi merci de prendre une minute et de compléter ton introduction et parle nous un peu plus de qui est Titilayo Fafoumi.

Titilayo Fafoumi : Comme tu l’as dis tout à l’heure, j’ai étudié à Dakar, j’ai reçu ma licence en Sciences de gestion à ISM (Institut Supérieur de Management), je suis revenue ensuite à Cotonou, j’ai été quelques mois à Accra pour essayer de perfectionner mon anglais, je suis revenu et j’ai décrocher un emploi…

J’ai travaillé pendant un an mais j’ai démissionné parce que je trouvais que ce n’était pas assez ‘challenging’, on exploitait pas en fait mes capacités à 100% donc j’ai préféré démissionner pour pouvoir exploiter mon talent. Et voilà j’ai démarré Nuri avec quelques amies au départ…

Pour découvrir la suite. Merci d’écouter l’interview.

 

2mn 42s :

Parle nous à présent de ton entreprise Nuri

Titilayo Fafoumi : Nuri a été créée à cause d’un accident, j’étais allé déjeuner avec des amies dans une gargote de Cotonou et on avait commandé du jus d’ananas mais les deux bouteilles qu’on nous avait servis n’étaient pas bonnes…

La gérante s’est confondue en excuses…

J’ai dit << mais Mme si je vous livre des jus et que je vous donne l’assurance que ça ne se gâtera pas vous serez d’accord ? >> « elle a dit oui… »

Et donc on a livré cette dame là qui a apprécié les jus et nous a demandé de la livrer régulièrement, c’était notre toute première cliente. C’est comme ça que peu à peu on a démarché d’autres clients, qu’on a commencé à faire grandir Nuri

Pour découvrir la suite. Merci d’écouter l’interview.

6mn 27s :

A présent parle nous un peu de comment est ce que tu gères tes journées d’entrepreneur ?

Titilayo Fafoumi : Déjà je démarre honnêtement à 9h, c’est un des cotés positifs de la vie d’entrepreneur on démarre sa journée quand on veut mais on finit vraiment tard, donc lorsque je démarre à 9h je fais d’abord le point de tout…

Le reste de la journée à partir de 11h c’est les prospections dans la ville jusqu’à 16h parce qu’entre 11h et 16h il y a des restaurants, les maquis qui sont ouverts qui battent le plein donc nous avons l’occasion de déposer en même temps et que les personnes expérimentent sur place. Au retour je fais un tour à nouveau dans l’usine pour voir où est ce que la production en est, je fais des conceptions, des affiches publicitaires …

Pour découvrir la suite. Merci d’écouter l’interview.

9mn :

Qu’est ce que tu considères à présent comme étant ta plus grande force en tant qu’entrepreneur Titilayo ?

Titilayo Fafoumi : On va dire que je suis persévérante, c’est je pense ma plus grande qualité. D’autres pourraient dire que je suis têtu mais j’ai appris à insister pour avoir ce que je veux, donc même lorsqu’un client potentiel me dit << non je n’ai pas besoin de tes jus >> il finira par me voir 2 à 3 fois dans la semaine et il finira par en prendre juste pour que je le laisse tranquille. Donc je pense que c’est ma plus grande qualité.

Pour découvrir la suite. Merci d’écouter l’interview.

9m 46s :

Et quelle serait à l’opposé de ta force, ta plus grande faiblesse en tant qu’entrepreneur ? 

Titilayo Fafoumi : Je dirais que ma plus grande faiblesse c’est que je m’emporte un peu vite, il paraitrait que c’est un trait de caractère des lions et je suis entrain de travailler dessus, je pense quand même avoir fait quelques progrès, mon entourage a eu à me le dire, donc je pense quand même devenir une personne vraiment très calme pour m’aider à gérer certaines situations conflictuelles…

Pour découvrir la suite. Merci d’écouter l’interview.

11mn 08s :

Qu’est ce tu considères aujourd’hui comme étant ton pire moment en tant qu’entrepreneur ?

Titilayo Fafoumi : C’est vrai qu’il y a eu beaucoup de moments un peu difficiles…

Il y a eu une période où on louait la machine à nos débuts pour nous aider à presser les jus d’ananas…

On a loué la machine pour une semaine, un peu avant le jour où on devait la rendre, on s’est rendu compte que la pièce maitresse avait été volée et c’était en inox pure…

On a passé vraiment un sale mois parce qu’il fallait…

Pour découvrir la suite. Merci d’écouter l’interview.

15mn 00s :

Partage avec nos auditeurs une ressource technologique que tu apprécies vraiment et dont tu ne pourrais pas te passer aujourd’hui.

Titilayo Fafoumi : Sans hésiter ce serait ma presseuse ! On a broyeuse-presseuse et ça nous fait gagner énormément de temps et économiser énormément d’énergie, parce que c’est la phase la plus longue, la plus difficile dans la production le fait d’éplucher, de broyer, de presser à la main c’est fastidieux mais depuis qu’on a cette machine vraiment ça va beaucoup plus vite.

Pour découvrir la suite. Merci d’écouter l’interview.  

 

16mn 05s :

Quel livre recommanderais-tu à nos auditeurs pour les pousser à l’entreprenariat et à prendre action ? Et pourquoi ce livre ? Et si ce n’est pas un livre quelle ressource ?

Titilayo Fafoumi : Il y a un livre que je ne cesse de le lire et de relire, c’est vrai que ce n’est pas spécifiquement dans le domaine de l’entreprenariat mais c’est un livre qui motivera beaucoup de femmes qui voudraient démarrer quelque chose et aller au delà de tout ce qu’on a l’habitude de dire sur les femmes. C’est Lean in de Sheryl Sandberg

Pour découvrir la suite. Merci d’écouter l’interview.  

18mn 09s :

Pour terminer, merci de donner un conseil à la jeunesse Africaine qui nous écoute un peu partout à travers l’Afrique et à travers le monde.

Titilayo Fafoumi : Je dirais aux jeunes, à mes paires de faire tout possible pour être les meilleurs dans ce qu’ils font. Que nous soyons maçons, producteurs de jus de fruit, comptables ou chauffeurs il faut essayer d’être le meilleur dans ce qu’on est. Parce qu’il y a quelque chose qui me chagrine parfois, c’est d’entendre les générations plus âgées dire que les jeunes ne peuvent pas, que les jeunes ne sont pas sérieux et certaines actions aussi de nos paires tendent à approuver cela mais je sais que si on est nombreux à avoir cette habitude d’être perfectionniste à vouloir être le meilleur dans ce qu’on fait cette vison de nos devanciers va changer et on pourra nous donner notre place aux prises de décisions.

Contacts :

https://www.facebook.com/titilayo.fafoumi

https://www.facebook.com/lesjusnuri/

fafoumi.titilayo@gmail.com

WhatsApp : +229 66 41 30 01

facebooktwittergoogle_pluslinkedin
By | 2017-04-04T12:34:13+00:00 août 28th, 2016|100-Audio-Podcast, Podcasts-EEAction|