056 – Samiratou Tabe Fondatrice de Ôdam

facebooktwittergoogle_pluslinkedin

Cliquez sur le bouton Play pour écouter l’interview

 Télécharger

 

Aujourd’hui Entrepreneur En Action est à Cotonou et j’ai le plaisir de vous présenter une Entrepreneur Béninoise du nom de Samiratou Tabe

Ma chère amie Samiratou Tabe, Es tu prête à motiver et à pousser nos amis Entrepreneurs et aspirants Entrepreneurs à l’action ?

Samiratou Tabe : Oui je suis prête, Bonjour !!!

 

Samiratou Tabe est une jeune Béninoise née à Cotonou le 23 janvier 1990, elle a obtenu un Bachelor en économie et politique avec un module en sociologie à l’UdeM l’université de Montréal. Après ses études au Canada elle rentra prendre la relève dans l’Entreprise de sa mère qui fait dans le textile en particulier du WAX. Mise à part son rôle de DC Directrice Commerciale dans l’entreprise de sa mère, elle aussi se lança dans l’entreprenariat en créant Ôdam qui est née d’une passion qu’elle a pour la mode.

Ma chère amie Samiratou Tabe, merci de prendre une minute et de compléter ton introduction et parle nous un peu plus de toi.

6mn 57s :

Samiratou Tabe : Il ne faut pas mélanger l’amitié et les affaires. On était persuadé que c’était faux donc on s’est entêté. Mais ça n’a duré que le temps de se faire confiance. L’entreprise a été dissoute, c’était Ethnica.

 

7mn 34s :

Samiratou Tabe : Je n’ai pas pris plus d’un mois pour me remettre en selle toute seule. Parce que si quelque chose est pour toi, que tu l’as, que tu as un talent, que c’est en toi, tu n’as besoin de personne pour y arriver, tu n’as besoin de personne pour te montrer le chemin, parce que tu sais où tu veux aller, peu importe si tu veux prendre un raccourci ou pas tu y arriveras.

C’est ce qui est arrivé, j’ai monté une nouvelle équipe, j’ai ciblé une nouvelle clientèle, donc j’ai recommencé à 0. Donc je me suis retrouvé au point de départ d’il y a 2 ans où j’étais toute seule.

Et donc c’est ça je suis maintenant Ôdam qui veut dire ‘Jolie’ dans une langue du Nord du Benin.

 

11mn 29s :

Et comment tu gères tes journées entre ton rôle de DC et de chef d’entreprise, Samira Tabe ?

Samiratou Tabe : Je préfère être au travail 23h sur 24 et dormir 1h parce que une journée ne me suffit pas.

Quand je me lève le matin et que je viens au travail, j’ai mes téléphones comme vous voyez, je suis entre envoyer des courriels pour ma mère, répondre au téléphone, vérifier le stock, faire la comptabilité, bref faire le point de tout ce qui entre et tout ce qui sort comme si c’était elle qui était là. A coté il faut que je sois active sur les réseaux sociaux, sur les pages, répondre aux mails des clients de Ôdam, et il faut que je gère ce qui se passe à l’atelier. Donc je suis de corps au boulot, d’esprit au boulot mais mon âme est dans les différents ateliers, chez le tailleur, chez le tapissier etc…

 

13mn 29s :

Raconte-nous ce que tu considères comme étant ton pire moment en tant qu’entrepreneur Samiratou Tabe.

 

18mn 34s

Qu’est ce que tu considères comme étant ta force en tant qu’entrepreneur ?

Samiratou Tabe : La persévérance et la minutie.

 

20mn 00s

Qu’est ce que tu considères comme étant ta faiblesse en tant qu’entrepreneur ?

Samiratou Tabe : L’Impatience

 

21mn 30s

Partage avec nos auditeurs une ressource technologique que tu utilises beaucoup et qui t’aide dans ta vie d’entrepreneur.

Samiratou Tabe : Internet et le téléphone

 

23mn 35s

Quel livre recommanderais-tu à nos auditeurs pour les pousser à l’entreprenariat et à prendre action ? Et si ce n’est pas un livre quelle ressource ?

Samiratou Tabe : Ce sont les autres, ce sont les clients, ce sont les employés…

 

28mn 30s

Pour terminer, merci de donner un conseil à la jeunesse Africaine.

Samiratou Tabe :

Moi je ne suis pas féministe, mais je vais m’intéresser aux femmes, pourquoi ? Parce que les femmes sont le sexe faible. Ça on le sait tous.

Une erreur que nos mères, nos grandes mères ont faites, c’est qu’elles sont restées dans la culture selon laquelle, la femme doit rester à la maison, la femme ne travaille pas.

Oui je suis musulmane croyante, pratiquante. Mon rôle de mère est une chose et mon rôle de femme est une autre chose. Donc il y a toujours moyen de dissocier sa vie de mère et sa vie de femme parce que travailler à temps partiel, ne vous amènera pas à rater l’éducation de vos enfants, travailler à temps partiel, ou même à temps plein ne fera pas de vous une mauvaise mère…

 

30mn 15s :

Il faut que la femme travaille en ce sens que, si l’homme rapporte 100 franc à la maison, la femme doit être en mesure de rapporter 20 ou 25 francs, ça c’est la base. Ça doit rendre les femmes indépendantes ! Indépendante ne veut pas dire que tu seras arrogante ou impolie en vers ton mari, Non ! Tu es une femme indépendante, tu roules sur l’or, tu roules sur des millions mais tu dois toujours avoir cette image de femme et de mère pieuse, pudique, calme et réservée parce que sans quoi Dieu ne va pas te permettre d’atteindre une certaine ascension…

 

33mn 24s :

Les femmes, on ne sait pas quelle chance on a d’être femmes. Tout ce que la femme veut, elle l’a. Si une femme peut obtenir 500.000 Fr, un IPhone, des mèches brésiliennes chez un homme, qu’est ce qui l’empêcherais d’entreprendre et de réussir.  

Nous les africaines, on aime trop la facilité, nous on ne se limite qu’au physique, qu’à l’apparence, les sacs, les chaussures…

 

Contacts :

00229 96 58 42 12

https://www.facebook.com/odamapparel

https://www.instagram.com/yourodam/

ladysam90@gmail.com

facebooktwittergoogle_pluslinkedin
By | 2017-04-04T13:11:46+00:00 juin 30th, 2016|100-Audio-Podcast, Podcasts-EEAction|