054 – Sylvanus Diogo fondateur de Wadjoko, Vrooom et KparK

facebooktwittergoogle_pluslinkedin

Cliquez sur le bouton Play pour écouter l’interview

 Télécharger

 

Corneille Towendo : Mon cher ami Sylvanus Diogo, Es-tu prêt à motiver et à pousser nos amis Entrepreneurs et aspirants Entrepreneurs à l’action ?

Sylvanus Diogo : Oui, cher ami Corneille, je te remercie beaucoup, de nous rejoindre ici à Cotonou, bienvenue.

C’est avec plaisir que je pousserai les jeunes entrepreneurs ou aspirants entrepreneurs. Je crois que c’est le minimum. Si je suis à la petite place où je suis aujourd’hui, c’est forcément parce qu’à plusieurs niveaux, des gens m’ont poussé. Ce que j’ai à faire en retour c’est d’humblement pousser également, dans la mesure de mes possibilités, dans la mesure de mes moyens, tous ceux qui ont besoin d’être poussé. Donc oui, avec plaisir. Je suis disponible à aider les entrepreneurs et les aspirants entrepreneurs à avancer.

Corneille Towendo : Sylvanus Diogo est né en Cote d’Ivoire d’un père Togolais – Ghanéen et d’une mère Béninoise. Il se considère comme un Africain qui se sent chez lui, partout dans le monde. Après avoir obtenu un Bac littéraire et fait 2 années en faculté d’anglais, il a décroché parce qu’il fallait s’occuper de ses frères et sœurs. C’est ainsi qu’il commença à travailler dans un premier temps en tant que revendeur de matériel informatique entre le Nigeria, le Benin et le Burkina Faso. Ensuite, il passa trois années en tant qu’ingénieur commercial Cisco, chez un fournisseur d’accès internet. Juste après cela en 2008, il se lança à son propre compte. Il est aujourd’hui à la tête de 3 entreprises Wadjoko, Vrooom et KparK.

Mon cher ami Sylvanus Diogo, merci de prendre une minute pour compléter ton introduction. Parles un peu plus de qui tu es.

03mn 38s :

Sylvanus Diogo : Sylvanus Diogo, c’est aussi une vie difficile, une vie pleine d’épreuves, mais c’est une vie qui forme.

4mn 59s :

Corneille Towendo :

Parle nous un peu plus de WaDjoko, Vrooom et de Kpark, ces entreprises que tu gères.

Sylvanus Diogo : WaDjoko est un CoWorking Space. Il sera bientôt aussi un incubateur d’entreprises et un accélérateur. C’est la suite logique de KparK qui est l’entreprise que j’ai créé en 2008.

7mn 57s :

Sylvanus Diogo : Si nous avons ces problèmes de transport c’est que d’autres parents d’élèves ont ces problèmes de transport et c’est comme ça que Vrooom est parti. On n’était pas fait au départ pour être une entreprise de transport, mais nous avons eu l’idée d’en créer à partir d’une contrainte que nous avons vécu en famille.

8mn 35s :


Sylvanus Diogo : Et enfin KparK comme je le disais au départ c’est l’entreprise de base sur laquelle tout ça vient se greffer. KparK a été créé en 2008 quand je me lançais dans la fourniture de services informatiques. Pour découvrir la suite, merci d’écouter l’interview.


10mn 39s :


Corneille Towendo :

A présent, dis-nous comment tu gères tes journées, Sylvanus Diogo.

11mn 34s :

Sylvanus Diogo : Je crois que le temps m’a permis de comprendre que seul on n’y arrive jamais. J’ai eu la

Sylvanus Diogo : Je crois que le temps m’a permis de comprendre que seul on n’y arrive jamais. J’ai eu la chance d’être chaque fois tombé ou d’avoir eu l’œil sur les bonnes personnes, pendant les recrutements. J’ai la chance d’être entouré de charmantes et compétentes dames.

12mn 39s :

Sylvanus Diogo : La philosophie, aujourd’hui, c’est de cultiver l’intra-entreprenariat.

16mn 20s :

Corneille Towendo :

Parle nous de ce que tu considères comme étant ta plus grande force en tant qu’entrepreneur aujourd’hui, Sylvanus Diogo.

Sylvanus Diogo : Ma plus grande force, je pense, c’est Dieu. Ensuite une force qu’Il m’a donné c’est le courage.

19mn 47s :

Corneille Towendo :

Et quelle est ta plus grande faiblesse en tant qu’entrepreneur ?

Sylvanus Diogo : Mes collaborateurs me le reprochent parfois. Ils disent que je suis un peu trop papa par moment. Ça ne veut pas dire que je ne suis pas rigoureux.

22mn 05s :

Corneille Towendo :
Partage avec nous, ce que tu considères comme étant ton pire moment en tant qu’entrepreneur.

Sylvanus Diogo : Parce que j’ai voulu entreprendre, parce que j’ai voulu travailler avec les autres, j’ai failli faire de la prison. Pas pour avoir volé, c’est ça qui est curieux. Mais pour ne pas avoir choisi mes sous-traitants de façon rigoureuse.

25mn 54s :


Sylvanus Diogo : C’est dangereux de fonctionner avec un client qui est insatisfait parce qu’un client insatisfait n’est pas bon pour le développement de votre entreprise. Un client insatisfait devient incontrôlable.

Sylvanus Diogo : Faites toujours ce que vous savez faire, engagez vous toujours et seulement dans ce que vous savez faire.

27mn 17s :


Corneille Towendo :

Partages avec nos auditeurs une ressource technologique qui t’aide dans ta vie entrepreneuriale.

Sylvanus Diogo : Première ressource technologique, c’est mon téléphone intelligent.

Les réseaux sociaux. Twitter. Facebook. etc.

Mon Blog : http://sylvanuskwamediogo.com/blog/

32mn 12s :

Corneille Towendo :

Et par rapport au développement personnel, à la motivation et à l’inspiration, quel est le livre ou la ressource qui te permet de te développer chaque jour ?

Sylvanus Diogo : Je lis diverses choses. Je lis tout ce qui parle de Mandela. C’est un homme dont l’humilité m’inspire énormément. Je lis beaucoup le parcours de Barack Obama et beaucoup de Robert Kiyosaki ainsi que le magazine Management.

36mn 19s :


Corneille Towendo :

Pour terminer, merci de prendre 1 min pour conseiller la jeunesse africaine. Quel est le conseil que tu as pour ces jeunes qui nous écoutent de l’Afrique et du monde ?

Sylvanus Diogo : Ça va être 01 seul conseil mais ventilé sur 3 volets.

Première chose, les jeunes doivent comprendre que, seul, on ne peut pas. Ils doivent apprendre à se mettre ensemble, ensemble pour travailler, ensemble pour grandir, ensemble pour prospérer.

La deuxième chose c’est que si vous regardez autour de vous, vous remarquerez, qu’il y a plein de problèmes. Mais ce qu’on oublie souvent lorsqu’on veut créer une entreprise, c’est qu’on ne peut réinventer le monde. Que veulent nos clients ? Ils veulent qu’on leur règle des problèmes. Donc, chers jeunes entrepreneurs ou aspirants entrepreneurs, derrière chaque problème que vous identifiez, sachez que vous venez de toucher l’opportunité de créer une entreprise.  

Chaque jeune entrepreneur ou aspirant entrepreneur doit comprendre que derrière chaque problème de l’Afrique se trouve une ou plusieurs opportunités, de création d’entreprise, de création de start-ups.

Et pour finir, ayons confiance en nous. Personne ne créera l’Afrique pour nous. L’Afrique nous appartient. Regardez aujourd’hui le mouvement de l’humanité : tous les peuples des autres continents convergent vers l’Afrique. Pourquoi ? Parce que c’est le continent le plus juteux en ce moment. C’est le continent qui regorge d’opportunités.

Merci d’écouter l’interview pour découvrir la suite.

39mn 22s :


Les Contacts :


http://www.wadjoko.net

calavi@wadjoko.net

00 (229) 66 18 12 41

infos@kpark.biz

« Aucun de nous, en agissant seul, ne peut atteindre le succès. » – Nelson Mandela

facebooktwittergoogle_pluslinkedin
By | 2017-04-04T11:09:08+00:00 juin 19th, 2016|100-Audio-Podcast, Podcasts-EEAction|