044 – Aissata Sy aka Gogo fondatrice de Gogo’s Cup Cake & Cofee shop sur EEAction

facebooktwittergoogle_pluslinkedin

Cliquez sur le bouton Play pour écouter l’interview

 Télécharger

Aissata Sy aka Gogo, Etes vous prête à motiver et à pousser nos amis Entrepreneurs et aspirants Entrepreneurs à l’action ?

Aissata Sy aka Gogo : Oui je suis prête. 

Aissata sy est une diplômée de l’école nationale des beaux arts de Dakar. Elle est environnementaliste (emménagement urbain et décoration d’intérieur). Elle est aussi photographe et enfin une femme entrepreneur. C’est la co fondatrice d’une entreprise du nom de Gogo’s Cup Cake & Cofee shop qui se définit comme le Royaume des petits Gâteaux.

Ma Chère amie Gogo, merci de prendre une minute et de compléter ton introduction et parles nous un peu plus de toi.

 

Aissata Sy aka Gogo : Comme tu l’as si bien dit, je suis un jeune entrepreneur, sénégalaise, j’ai fait mes études ici, je suis sortie des Beaux-Arts en 2012, après avoir fait une formation en environnement, tout ce qui est aménagement etc…  Et juste après ma sortie j’avais en même temps entamée ma carrière de photographe, depuis 2007. Donc je jonglais entre les deux au début je n’étais vraiment pas prédestiné à ouvrir une entreprise ou une boutique de CupCake. Certe c’était une passion pour moi à la base de faire des gâteaux tout le temps à la maison. Mais au fond de moi j’avais toujours envie d’entreprendre dans quelque chose parce que je suis dans une famille où mon père est entrepreneur, ma mère aussi donc pour moi c’était quelque chose de prédestinée. Depuis petite c’était soit dans le stylisme ou dans la création, tout ce qui touchait à la création ou à l’art etc… Donc après ma formation, je suis sortie, j’ai évoluée un peu en tant que photographe, j’ai eu à travailler avec des galeries, des agences. Après du jour au lendemain, j’ai parlé à une tante qui est aux Etats Unis, elle aussi, elle est très businesswoman dans sa tête et moi je lui avais dit j’ai envie de faire des cupcakes et tout. Envoie-moi des trucs, des colorants etc… je vais m’amuser à les faire pour moi. Donc elle m’a envoyé quelque truc, j’ai mis ça au départ dans une boite de chaussures que mon père avait jeté comme ça. J’aime bien recycler les trucs moi, j’ai mis tous mes colorants là-dedans et j’ai gardé. Apres au fil du temps, j’ai fait quelques cupcakes et j’ai dit à ma tante et si on ouvrait une boutique de cup cake, elle m’a dit pourquoi pas. Allons-y ! On va l’appeler Gogo’s Cup Cake parce que c’est toi Gogo et c’est toi qui fait les Cup Cake et voilà ! Et don c’est comme ça qu’on a créé Gogo’s Cup Cake. Elle s’appelle Djele et c’est comme ça qu’on a créé, juste via des mails envoyés, Gogo’s Cup Cake. Elle a créé la page, on a tout fait au pif, c’est-à-dire dès qu’on pensait a une chose on le mettait en ligne. Même la première commande, j’avais à peine mon menu, j’ai fait les cup cake, j’ai fait un glaçage etc. et une fille a commandée, je suis parti livrer. Au départ, elle a aimé et bizarrement je dis ce que je fais aujourd’hui sont mille fois mieux que ceux que j’avais fait au départ. Je me dis la pauvre je lui ai fait manger des cup cake alors que ma recette n’était pas si parfaite que ça. Tout ça pour dire qu’on s’est engagé juste avec l’esprit de réussir quelque chose, de nous engager dans quelque chose et d’aboutir. Au départ, les personnes autour de nous n’y croyaient pas trop sauf mon père bien sûr. Donc on s’est dit, on va lancer la page, on va créer notre marque et on va produire et servir les gens. Donc on a créé la page, on a commencé à élaborer les menus, à chercher la recette qu’il fallait pour un bon cup cake. Pas trop sucré assez spécial, quelle sera notre différence parce que les cup cakes ça existe partout dans le monde.

Pour découvrir la suite. Merci d’écouter l’interview.

Idéalement, comment passes-tu tes matinées Gogo ?

Aissata Sy aka Gogo : Le matin ça dépends, je me lève tôt, je lis mes mails déjà, je fais mes cup cakes et tout ce qui doit aller à la boutique, par exemple les cup cakes les brownies etc… On les fait après je me prépare je prends mon petit déjeuner, je dépose les cupcakes a la boutique et je file à mon shooting photo. La première chose que je fais quand je me lève et que je fais les trucs basiques, c’est les cup cakes dans la cuisine.

Parle nous à présent de ce que tu considères comme étant ta plus grande force en tant qu’entrepreneur Gogo.

Aissata Sy aka Gogo : Ma plus grande force c’est qu’on essaie toujours d’innover, d’être toujours dans la créativité. Moi personnellement j’aime toujours créer c’est-à-dire je me lasse vite fait de la monotonie. C’est-à-dire on aime faire des choses mais faudrait faire de nouvelles choses pour créer, pour proposer aux gens des choses qui sont différentes. Moi, je m’ennuie vite donc je considère aussi que les gens ils sont capables de se lasser vite de certaines choses donc notre force c’est la créativité et on essaie au maximum que chaque client se retrouve dans nos produits. On essaie de personnaliser au maximum, de refléter au maximum ce que la personne fait. Moi, à chaque fois que je fais un gâteau, je le fais comme si c’était pour moi, c’est-à-dire je veux faire ce gâteau et quand la personne le voit, elle soit vraiment contente comme si c’était pour moi. Donc c’est fait avec beaucoup de passions, notre force c’est déjà la passion et l’amour qu’on a pour ce travail et la satisfaction que la personne aura en retour. Pour moi c’est le plus important aujourd’hui.

 

Et à présent, parle nous de ta plus grande faiblesse en tant qu’entrepreneur Gogo?

Aissata Sy aka Gogo : Ma faiblesse, c’est la peur de l’échec, c’est-à-dire qu’aujourd’hui un exemple que je peux te donner, c’est quand je fais un produit ou un gâteau et qu’en retour la cliente ne soit pas satisfaite. Ça pour moi c’est un échec tout le temps et ça ce sont des choses qui arrivent parce que l’on n’est pas parfait, tout le temps on se perfectionne. Et tu peux faire un gâteau et que la cliente ne soit pas satisfaite. Ca ce sont des choses qui existent et pour moi c’est un échec et je fais mon maximum pour que cela se fasse rare et qu’on arrive à parfaire les choses même si on peut pas être complètement parfait mais arriver au maximum de la perfection avec nos capacités.

Gogo’s Cup Cakes existe maintenant depuis 3 ans.

Qu’est-ce que tu considères comme étant votre pire moment en tant qu’entrepreneur ?

Aissata Sy aka Gogo : Mon pire moment c’était de trouver un local, j’ai vraiment eu du mal, ça m’a même découragé de trouver un local. Déjà l’endroit où on se trouve ce n’est pas totalement accessible. A Dakar quand on n’a pas les moyens qu’il faut, c’est très dur de vouloir se placer dans un endroit accessible à tous et pas cher, c’est dur. Parce déjà c’était un risque pris de vouloir ouvrir une boutique de cupcake, on ne pouvait pas se prendre un local très cher donc pour nous c’était de trouver un local adéquat même jusqu’à présent même si on n’est pas satisfait, on est a mis chemin de ça c’était ça pour moi de trouver un local et même dans nos projets futurs, c’est toujours un problème.

Pour découvrir la suite. Merci d’écouter l’interview.

Racontez-nous à présent comment vous est venue l’envie de devenir Entrepreneur. Qu’est-ce qui t’a poussé, quel a été ce déclic-là ?

 

Aissata Sy aka Gogo : Ça c’était il y a quelques années en arrière, je ne pense pas que ce soit un déclic c’était toujours en moi. Ma mère a un salon de coiffure ici, même avant de penser cup cakes, je faisais des cakes, des madeleines même des boxes de petits déjeuners et j’envoyais ca là-bas. C’est-à-dire j’aime me trouver une activité, les gens me disaient en wolof « tu aimes l’argent » mais ce n’est pas ça. J’aime faire des activités qui peuvent m’apporter des sous, être autonome un peu. C’est-à-dire pour moi c’est quelque chose, et mon père m’a beaucoup soutenue dans ça parce que lui-même, il est entrepreneur etc… et il m’a toujours dit il ne faut pas avoir peur de te lancer dans ce que tu veux. Par rapport à Gogo’s Cup Cakes, même si la boutique avait ouvert pendant une semaine, j’aurais fait le défi d’avoir ouvert la première boutique de Cup Cakes au Sénégal. Parce que quoi qu’on puisse dire, on est le premier Cup Cakes Shop de Dakar. Apres, il y a les autres qui suivent, pour moi c’est une fierté. Pour moi l’entrepreneuriat c’est déjà avoir la volonté à force de le faire même si à côté il faut les moyens mais c’est dans la tête d’abord et dans la capacité et c’est aussi simple que ça pour moi.

Partagez avec nos auditeurs une ressource que tu utilises souvent (ça peut être une application sur votre téléphone, votre email, drop box, Google drive etc.).

Aissata Sy aka Gogo : Instagram, Facebook. Pour moi, Instagram c’est tellement efficace, c’est-à-dire tu postes un cup cake a l’heure qui suit tu vois une personne qui se présente, j’ai vu ça sur Instagram, je veux et je me dis Ah comme quoi ça marche. Donc voilà, Instagram, Facebook ce n’est pas juste pour des selfies.

Quel livre recommanderiez-vous à nos auditeurs pour les pousser à l’entreprenariat et à prendre action ? Et pourquoi ce livre ? Et si ce n’est pas un livre quelle ressource ?

 

Aissata Sy aka Gogo : Pour le livre, j’en ai un que je lis mais je n’ai pas l’auteur, c’est « Comment entamer son business plan ». Ça c’est important pour un entrepreneur de savoir comment bien peaufiner son business plan et s’engager. Après pour ce qui est des vidéos, je traine beaucoup sur YouTube, pour voir des vidéos des américaines, des européennes etc… qui se sont lancées en entrepreneuriat même des africaines etc… Pour moi c’est l’essentiel d’être connectée tout le temps, d’aller sur les sites, d’aller voir des vidéos, des tutoriels, on peut tout apprendre aujourd’hui avec des vidéos. Donc il faut être curieux aujourd’hui avec les nouvelles technologies.

 Pour terminer, merci de donner un conseil à la jeunesse Africaine qui nous écoute partout à travers l’Afrique et à travers le monde et surtout aux jeunes femmes qui aspirent à devenir entrepreneur comme toi.

 

Aissata Sy aka Gogo : Aujourd’hui, le message, je pense que c’est de se lancer, de ne pas avoir peur, il n’y a pas de limites. C’est- à-dire qu’il faut déjà éliminer toutes les barrières mentales qu’on se crée dans la tête déjà. Même si c’est difficile, il y a beaucoup d’épreuves mais tant que nous on est prêt psychologiquement dans nos têtes, on peut réussir à faire tout ce que l’on veut avec la volonté qu’il faut. Les femmes aujourd’hui elles sont engagées, elles sont entreprenantes, aujourd’hui on ne le déplore plus dans le monde. Tout le monde sait que les femmes sont battantes, elles entreprennent, elles font de grandes études etc… Donc c’est juste apporter un grain de sable à la mer, c’est vraiment quelque chose d’important pour nous, il ne faut plus être entrepreneur parce que c’est pour trouver de l’argent. C’est-à-dire le danger c’est de vouloir être entrepreneur pour avoir coûte que coûte de l’argent. Il faut d’abord vouloir être entrepreneur pour représenter quelque chose là où on est, de faire développer là où on est, et ensuite la satisfaction après c’est l’argent, ça vient après pour moi. C’est d’abord vouloir montrer l’exemple, créer quelque chose pour montrer que c’est possible et les gens suivront. C’est exactement ça.

Contacts :

Tel : 33 825 40 95 / 77 403 27 08

Facebook : https://www.facebook.com/gogocupcakes/

Instagram : https://www.instagram.com/gogoscupcakes/

Site Internet : http://www.gogoscupcake.com

Email : gogo@gogoscupcake.com

facebooktwittergoogle_pluslinkedin
By | 2017-04-04T13:26:27+00:00 mars 31st, 2016|100-Audio-Podcast, Podcasts-EEAction|