014 – Cheikh Ahmadou Bamba FALL de Dev Corp sur EntrepreneurEnAction

facebooktwittergoogle_pluslinkedin


Cliquez sur le bouton Play pour écouter l’interview

 Télécharger

Bonjour chers amis entrepreneurs et aspirants entrepreneurs et bienvenue sur EntrepreneurEnAction.com, où je discute avec les entrepreneurs africains qui évoluent et s’en sortent en Afrique. Vous pouvez accéder à notre site web en tapant entrepreneurenaction.com ou eeaction.com alors préparez-vous à l’action.

C’est avec plaisir que je me présente Corneille TOWENDO  fondateur et hôte d’EntrepreneurEnAction et je suis très heureux d’introduire notre invité d’aujourd’hui M. Cheikh Ahmadou Bamba FALL.

Corneille TOWENDO : Alors Cheikh, êtes-vous prêts à motiver nos auditeurs et à les pousser à l’action ?

Cheikh Ahmadou Bamba FALL : Effectivement et c’est pour ça que je l’ai répondre avcec plaisir aux questions de EntrepreneurEnAction

Corneille TOWENDO : Merci. Cheikh Ahmadou Bamba FALL est un jeune informaticien sénégalais qui a fait une partie de ses études secondaires au cours secondaire Sacré-Cœur de Dakar. Apres son Bac, il integre durant deux ans l’école militaire de santé du Sénégal. En 2011 il entame des études en informatique à l’école supérieure polytechnique de Dakar avant de les continuer à la section informatique du département mathématique informatique de la faculté des sciences et techniques de l’UCAD, Université Cheikh Anta DIOP de Dakar. Il est l’un des membres fondateur de Dev Corp, une compagnie qui fournit des services et solutions informatiques.

Alors Cheikh, prenez une minute et complétez l’introduction que j’ai donnée de vous et donnez-nous un petit aperçu de votre vie personnelle.

Cheikh Ahmadou Bamba FALL : Bonjour, je me représente Cheikh Ahmadou Bamba FALL, donc je suis né le 15 Octobre 1990 à Dakar, je vivais aux Parcelles et j’ai grandi plutôt vers l’aéroport, en face. Donc j’ai fait mes études primaires au Collège Notre Dame du Liban pour aller, comme on l’a dit dans l’introduction au Collège Sacré-Cœur, où j’ai eu mon Bac série S2. J’ai fait le concours de l’école Militaire de santé pour l’avoir. Bon j’y ai fait deux ans, le cursus normal est de 7ans pour sortir médecin puis officier. Bon ça ne s’est pas bien passé comme je le voulais, les péripéties de la vie et j’ai intégré une école en informatique, l’école supérieure polytechnique bon c’était un choix basé sur mes envies parce que je passais beaucoup de temps sur la machine même en faisant mes études de médecine. Là, j’avais l’idée et aussi la famille m’a conseillé de le faire. Donc au début je faisais les études d’informatique comme tout le monde et il a fallu qu’au cours de ma première année que je rencontre certains de mes aines parce qu’il y a des parrains là-bas, qui m’ont un peu donné en fait l’envie d’entreprendre. Parce qu’ils avaient envie de go on sur leur Start up, il y avait aussi des filles qui avaient participé, les sahel girl, qui avaient participé en fait à un concours international, elles étaient qualifiées. Donc en fait ça m’a piqué quoi ! Une mouche qui m’a piqué comme eux et j’ai eu l’envie de commencer à entreprendre. Ça m’a mené à là où j’en suis en ce moment c’est-à-dire, à être dans Dev Corp avec un ensemble d’anciens camarades de classe avec lesquels on a créé ça.

Corneille TOWENDO : Très intéressant ! Très bonne introduction Idéalement comment passez-vous vos matinées Cheikh Ahmadou Bamba FALL ?

Cheikh Ahmadou Bamba FALL : Comme tout bon informaticien, je passe beaucoup de temps assis devant la machine, un défaut. Mais bon j’ai la chance, je fais du Taekwondo donc voilà je vais à l’entrainement de temps en temps à la salle et la plupart du temps je peux rester là à regarder certaines séries mais je suis plus fan de mangas. Donc quand je dois me détendre, c’est ça que je fais. A part ça, je n’ai pas beaucoup trop d’activités sauf quand les amis me forcent à sortir.

Corneille TOWENDO : OK parlez-nous un peu plus de Dev Corp Cheikh Ahmadou Bamba ?

Cheikh Ahmadou Bamba FALL : Alors Dev Corp c’est une start-up de jeunes, je peux dire bon c’est une compagnie plutôt avec huit membres fondateurs à la base. Bon vous savez, souvent il y a certains qui font des cours et je continue d’aller pour accroître leurs compétences donc on est plutôt quatre qui sont les plus actifs actuellement. Et on espère après que certes les autres aient acquis plus de compétences qu’ils viennent intégrer l’équipe et augmentent la plus-value. Donc c’est ça Dev Corps, fournisseurs de services et de solutions informatiques, et la problématique qu’on a eu dès le départ c’est qu’on voulait en fait être pourvoyeurs d’emplois mais pas intégrer la longue liste d’attente des jeunes qui sortent avec des diplômés et qui doivent chômer ou attendre que les sociétés proposent en fait un contrat et vous exploitent, parce que c’est la loi de l’offre et de la demande mais inversée. Parce que l’offre, ce sont les sociétés qui la donnent et nous sommes la demande en fait. Donc ils nous proposent le prix qu’ils veulent. Voilà donc c’est ça.  

Corneille TOWENDO : Euh j’espère que ce que Cheikh Ahmadou Bamba FALL  vient de nous dire par rapport à Dev Corp et sa vision des choses vous fait sourire comme cela me fait sourire présentement. Sa vision, des choses, la vision de ne pas être tout le temps un employé mais plutôt d’être une compagnie et d’aller rechercher des contrats au niveau des compagnies une autre vision des choses assez intéressantes et assez entreprenantes.

Alors Cheikh, quelle est votre plus grande force en tant qu’entrepreneur ?

Cheikh Ahmadou Bamba FALL : Je suis têtu, je pense. Etre têtu en tant qu’entrepreneur c’est très important je pense parce que vous allez entendre n’importe quoi. Même des gens de votre famille vont essayer de vous décourager, mais moi heureusement j’ai la chance, moi et certains camarades, on a la chance, on nous a laissé une certaine liberté mais au vu de tous les entrepreneurs que j’ai rencontré, être têtu c’est très bon. Parce que ça permets de persévérer sur une idée, et vous pouvez aller dans un concours, présenter une idée et voilà, les gens ne perçoivent pas de la manière dont vous percevez c’est parce que vous avez mal présenté peut être si vous vous découragez et que vous n’êtes pas têtu, vous aller laisser tomber l’idée alors que l’idée peut percer et donner quelque chose d’assez intéressant. Donc être têtu, c’est bien.    

Corneille TOWENDO : J’espère que vous êtes aussi motivé par sa réponse parce que moi je le suis. Et quelle est votre plus grande faiblesse en tant qu’entrepreneur, Cheikh?

Cheikh Ahmadou Bamba FALL : La faiblesse, cette faiblesse est commune à tous les nouveaux entrepreneurs et c’était au début mais bon ça peut vous suivre. C’est vouloir tout faire soi-même. Là il faut s’entourer d’au moins un ou deux partenaires pour vous aider mais vouloir tout faire vous-même, au finish, vous vous détériorez votre santé, vous allez vous fatiguer et tomber malade alors votre objectif vous allez le perdre donc il faut savoir déléguer. C’est une bonne chose mais vouloir tout faire, vouloir tout gérer soi-même. C’est dangereux.

Corneille TOWENDO : J’espère que vous êtes en train de noter, il faut savoir déléguer, c’est très important et quel est ce projet qui vous inspire présentement et vous pousse à l’action ?

Cheikh Ahmadou Bamba FALL : Je vais m’excusez parce que je vais sortir du cadre normal, on parle d’un projet mais il y en a deux actuellement sur lesquels on travaille de manière assez pousser c’est-à-dire Easy reporter et Dev Process. Bon Dev Process, certains le caractériseraient de système d’informations mais c’est plutôt un outil qu’on veut créer pour aider en fait les sociétés qui viennent de démarrer, qui n’ont pas un effectif assez avancé en terme de travailleurs, de leur proposer un outil qui est complémentaire, qui aide en terme de comptabilité, ce sera 13 modules en un. Qui les aidera en terme de comptabilité, gestion de leur flotte, gestion du stock et des matériels, voilà c’est tout un processus, on travaille dessus, on retravaille dessus surtout pour avoir une bonne proposition de valeur et fournir un produit de qualité. Easy reporter, c’est surtout pour les reporteurs. C’est leur permettre d’avoir un smartphone simple, d’enregistrer tous leurs reportages et le smartphone en fait, le logiciel en dessous transforme l’audio en texte pour leur faciliter le travail. Au lieu qu’ils se remettent à réécouter leur interview pour les taper. Voilà directement on fait la transformation, ils apportent leur correctif, présentent à la direction et voilà ça facilite tout le processus.

Corneille TOWENDO : En tout cas moi ce que je peux dire, c’est que la deuxième solution que Cheikh vient d’évoquer m’intéresse beaucoup, réussir à transcrire mes interviews audio en texte, c’est quelque chose, c’est une solution que je cherche, et c’est une solution que beaucoup d’autres personnes cherchent, des professeurs qui donnent des cours et qui cherchent à enregistrer leurs cours en audio et à les transformer en texte pour en faire des blogs, pour en faire des articles donc des solutions très intéressantes qui viennent vraiment apporter une solution à un problème qui existe. Donc félicitations par rapport à cela et bonne continuation.

Cheikh racontez-nous l’histoire de ce que vous considérez comme étant votre pire moment en tant qu’entrepreneur.

Cheikh Ahmadou Bamba FALL : Le pire moment en tant qu’entrepreneur, si je dois choisir parce que souvent un entrepreneur en a d’assez grave, c’est avec un client plutôt, le premier, la première fois qu’on a eu à trouver un client potentiel qui pouvait nous lancer, le Mr voulait un site de Crowdfunding. Donc voilà toute l’équipe était dessus, on passait des nuits blanches, on bossait dessus, c’était notre premier projet, on pouvait être assez brouillon mais on avait donné le maximum, c’était finalisé à 90% et brusquement, voilà le monsieur a voulu, on s’était mis d’accord sur le prix et on devait signer le contrat. Dès qu’on a parlé de contrat, alors que c’était finalisé à 90%, on lui a dit que maintenant il faut signer un contrat c’est plus sûr et on ne l’a plus entendu. Et c’est genre une déception qui peut vraiment vous décourager et casser l’avancée. Mais heureusement on a su se relever mais c’est très difficile, le premier client si vous le perdez souvent, c’est l’expérience la plus difficile que vous allez vivre et vous allez vous en rappeler tout le temps. Donc si vous ne vous relevez pas de cet échec-là, c’est difficile. Voila.

Corneille TOWENDO : Donc le conseil que vous aurez pour nos auditeurs entrepreneurs ou aspirants entrepreneurs c’est savoir se relever après les échecs.

Cheikh Ahmadou Bamba FALL : Surtout après le premier échec, il y aura forcément des échecs, ca c’est sur en tant qu’entrepreneur le premier échec est le plus important parce que si vous ne vous relevez pas de cet échec-là, ce n’est pas la peine d’essayer de continuer. Ce n’est pas pour dire que voilà on est plus important que d’autres voilà, sachez qu’il faut vous relevez de cet échec. Si vous ne le faites pas, arrêtez tout de suite parce qu’il y en aura encore d’autres qui vont suivre, ce n’est pas facile.

Corneille TOWENDO : Ben je vois déjà savoir se relever de ce premier échec, ça créé une certaine habitude, à savoir se relever parce qu’on voit qu’on a eu un premier échec qui fait mal mais on s’est relevé donc tous les autres échecs qui vont suivre, et ben on va suivre la même attitude c’est bien ça ?

 Cheikh Ahmadou Bamba FALL : Voilà c’est ça.  On pourra mieux gérer et passer à autre chose.      

Corneille TOWENDO : Merci Cheikh Alors racontez-nous à quel moment et comment vous est venue cette étincelle sur laquelle vous vous êtes basés pour bâtir Dev Corp ? Comment ?

Cheikh Ahmadou Bamba FALL : C’était lors de notre deuxième année avant de terminer, on s’était regroupé, on a discuté, avec quelques amis, on était huit camarades et on s’est assis et on s’est dit, pourquoi pas tenter l’expérience, vu qu’on a vu que nos parrains, et d’autres élèves plus avancés qui étaient des ingénieurs ont tentés le coup et il y a rien de mal à l’essayer parce qu’on a le temps qu’il nous faut, on est encore jeunes rien n’empêche, on peut continuer les études et en même temps essayer d’entreprendre, et voir sur une échelle de 5ans peut être ce que ça va donner. Et voilà, on s’est lancé dans cette entreprise et on s’est dit que le marché était assez vaste et c’est vrai parce que voilà, côté développement web, on est actif dessus et il y a beaucoup de sociétés qui nécessitent d’avoir un site web ou bien ils en ont un mais voilà, le site web c’est comme la mode, le design il évolue. Donc ils ont un design des années 2000, mais ils s’en rendent pas compte parce que eux ça leur suffit, ils ne savent pas donc on s’est dit pourquoi pas les approcher et essayer de les convaincre et leur faire comprendre que voilà un site web ça change, ça évolue parce que c’est une carte de visite. Ça vous présente au monde, c’est un aspect assez important qu’ils ne prennent pas en compte. Ils se disent j’ai un site web, ça va aller les gens vont consulter juste les informations mais non ça tisse une relation avec le client, avec les partenaires, ils vont se dire voilà c’est une société sérieuse, c’est une société évoluée, ou ça c’est une société dépassée. Elle est dans un ancien monde, elle n’est pas un monde 2.0. Et côté logiciel, c’est apporter des solutions qui aident, pas dire comme tout le monde, éviter de faire surtout l’erreur de dire qu’il faut africaniser les logiciels et tout. Ce serait prendre les logiciels de l’extérieur et faire du copier-coller. Ils sont déjà existant, ils ont déjà de bons logiciels, laisser les gens les utiliser. Le but c’est d’amener des logiciels ici en Afrique, qui nous sont utiles, on a certaine réalité ici qu’en Europe ils n’ont pas, qu’aux Etats unis ils n’ont pas, donc apporté des solutions par rapport à cela, pas faire du copier-coller donner surtout c’est ça le plus important. Parce que des Start up qui font du copier-coller, on doit créer, on peut le faire, je pense.

Corneille TOWENDO : Euh les dires de Cheikh me font sourire tout le temps donc moi ce que je retiens et que je peux partager tout de suite avec nos auditeurs entrepreneur et aspirants entrepreneurs c’est soyez originaux. C’est bien ça ?

Cheikh Ahmadou Bamba FALL : Oui ca résume bien tout ce que j’ai dit.  

Corneille TOWENDO : Soyez originaux tout simplement alors Cheikh quel est ce conseil là que vous avez reçu en tant qu’entrepreneur et que vous aimeriez partager avec notre audience ?

Cheikh Ahmadou Bamba FALL : Euh bon, c’est d’un mentor, je lui avais dit un jour que quand j’arriverais à avoir une interview, j’en parlerais. C’est Ibuka Njoli, il se fait appeler Marcus Da Writer, il est écrivain, entrepreneur et tout un tas de choses, j’aime le taquiner et lui dire que c’est Mr multitâches. Euh le conseil qu’il m’a donné c’était lors d’une conférence qu’il avait organisé à l’ISM, c’était par rapport à l’entrepreneuriat des jeunes, qui sont l’espoir de l’Afrique. Lors de son discours, bon pour le résumer, il nous a fait comprendre que ce n’est pas en restant là en disant aux gens que l’Afrique est sous développée, que l’on a plus rien, il faut arrêter les guerres, ce n’est pas en parlant que ça se passe c’est en entrant en action comme en fait le site EntrepreneurEnAction, entrer en action et ça, ça m’a fait un tic dans la tête. Parce que je me suis dit oui c’est vrai parce que on reste là, on publie sur Facebook, on clique beaucoup, mais qu’est-ce qu’on fait pour l’Afrique, on ne fait que suivre le cursus habituel, on apprend, on intègre une société, on travaille pour une société, l’argent rentre peut être dans la caisse de l’état mais la plupart du temps c’est vers des capitaux étrangers. Alors là, on ne fait rien pour l’Afrique, alors que créer sa propre société, garder l’argent ici, investir ici, créer des emplois pour son propre sang, le peuple africain c’est le plus intéressant. Il faut entrer en action c’était ça, entrer en action et là je me suis senti, je me suis remis sur ma chaise et je me suis dit voilà en fait dans le fond, je ne faisais rien jusqu’à présent. C’est pour ça que ça m’a permis de m’investir dans l’entrepreneuriat, ça m’a permis de m’investir dans des trucs plus social avec lui, entrer dans des associations, voilà et prévoir même une nouvelle conférence, un nouveau forum avec lui bientôt.

Corneille TOWENDO : Ben je suis très impatient d’assister à ce forum-là, qui se prépare et je suis prêt aussi à en parler à partager cela avec notre audience d’entrepreneurs et d’aspirants entrepreneurs je connais bien Ibuka Ndjoli appelé Marcus Da Writer, un gars très intéressant, un entrepreneur très sage et je suis très fier de voir que c’est ton mentor et cher entrepreneur et aspirants entrepreneurs si vous ne connaissez pas encore Ibuka, recherchez sur le site EntrepreneurEnAction et vous verrez l’interview que j’ai eue avec Ibuka Ndjoli et vous serez très inspirés.

Cheikh Ahmadou Bamba FALL : Et je voulais rajouter, je m’excuse, il a ajouté un truc très important au fil du temps quand on se rencontrait, qu’on discutait d’entrepreneuriat, il m’a appris une chose que j’ai intégré jusqu’à présent et qui est une marque de fabrique maintenant au niveau de Dev Corp, c’est être perfectionniste. C’est le plus grand perfectionniste que j’ai vu, j’ai souffert pour faire, quand on faisait son site web avec lui, j’ai vraiment souffert c’est sûr, après j’ai pris une semaine de repos, mais il m’a appris une chose c’est être perfectionniste. Car quand vous êtes perfectionniste vous faites un truc de qualité, le client mérite ça, et lui dans tout ce qu’il fait, c’est ce qu’il faisait et voilà, j’ai intégré ça avec moi.

Corneille TOWENDO : Euh je me rappelle, je crois que c’était le directeur de Afrique It News qui le, je crois Sadibou Sow, qui le disait au niveau d’une conférence, il avait fait un commentaire pour dire qu’il a visité le site web de Marcus, euh je crois le Kusoma, qu’il a visité Kusoma et qu’il a vraiment aimé le site web, un site web très simple, très bien fait et il ne connaissait pas encore Ibuka, et je ne sais pas si ils se connaissent à présent mais en tout cas il a émis ce commentaire et j’ai immédiatement tweeté et partagé avec Ibuka, qui était hors du pays en ce moment-là.  Alors partagez avec nous l’une des habitudes qui contribuent à votre succès, l’une de vos habitudes ou de vos attitudes.

Cheikh Ahmadou Bamba FALL : C’est le matin au réveil,  j’ai téléchargé en fait un ensemble de huit vidéos qui motivent en fait et à chaque fois que je me réveille, voilà, c’est dur, on s’est couché tard, on est fatigué, allumer ces vidéos les regarder, je vous garantis que vous aurez votre dose de vitamines C pour la journée. Moi j’ai un gars spécialement que je suis, c’est un ancien joueur de football américain. Je l’écoute d’abord en premier et j’écoute les autres.  

Corneille TOWENDO : Euh chers entrepreneurs et aspirants entrepreneurs je demanderais à Cheikh Ahmadou Bamba de nous fournir des liens, qui seront disponible sur la page qui sera dédiée à Cheikh sur entrepreneurenaction.com pour que vous puissiez télécharger ces vidéos inspirationnelles et de motivation si vous le souhaitez. Alors partagez avec nos auditeurs aussi unes ou quelques ressources que vous utilisez souvent des logiciels comme Drop Box ou Google drive ou des applications sur votre téléphone, qui vous aident dans votre vie entrepreneuriale.

Cheikh Ahmadou Bamba FALL : Bon il y a deux applications assez importantes, Drop Box pour que vous ne perdiez jamais vos données même si la machine tombe en panne parce que c’est très important. Partiellement vous n’avez plus d’excuses, vous avez les disques durs, vous avez le Cloud avec Drop Box, donc quand vous devez faire une présentation, vous préparez un produit pour un client, et que vous le perdiez, c’est votre faute, voilà. Parce que vous pouvez cacher ça, il y a Gate up, très important pour les développeurs qui sauront ce que c’est et surtout Trelo, qui est un outil en fait pour distribuer les tâches lors d’un projet, ceci est très important aussi.  Et que tout le monde peut utiliser un informaticien et un non informaticien, c’est un outil très intéressant et ce sont les trois que je recommande actuellement.

Corneille TOWENDO : Merci Cheikh pour cela. Donc comme je l’avais dit, ces ressources seront disponibles sur la page dédiée à Cheikh sur EntrepreneurEnAction et quel livre recommanderais-tu à nos auditeurs pour les pousser à l’entrepreneuriat, ou bien les pousser à l’action ? Et pourquoi ce livre ?  

Cheikh Ahmadou Bamba FALL : La jeunesse africaine a une voix d’Ibuka Ndjoli. Il faut lire le livre là.

Corneille TOWENDO : Pourquoi ?

Cheikh Ahmadou Bamba FALL : Tout ce que j’ai dit tout à l’heure sur lui c’est un résumé. Le livre déplie toute sa pensée et voilà, et si vous vous l’appropriez, vous pouvez en fait saisir qu’il y a problème réel avec cette jeunesse-là. Nous ne sommes pas actifs, lisez le livre et vous pourrez voir la suite. Je préfère ne pas trop en parler.

Corneille TOWENDO : Très intéressant Cheikh est entrain de, comment dire, de nous tenir en haleine, en ne nous racontant pas un peu de quoi ce livre est fait exactement et c’est très intéressant parce que j’irai m’approprier ce livre-là cette semaine et un livre aussi que j’ai lu de Ibuka Ndjoli et que j’ai acheté c’est l’histoire de nos vies je crois que c’est ça le titre du livre, un livre très intéressant et je suis très inspirer de voir que plusieurs personnes sont entrain de recommander les bouquins de Ibuka Ndjoli et je vous recommande d’aller rechercher les bouquins de ce jeune entrepreneur africain et francophone qui a déjà écrit plusieurs livres et qui ont été récompensé sur la scène internationale et dont beaucoup d’autres entrepreneurs africains parlent.

Cheikh Ahmadou Bamba FALL : Euh je rajoute juste que par l’intermédiaire de ma connaissance avec Ibuka, j’ai connue d’autres personnes et il y a un autre en fait dont le lien vers livre sera disponible ici, le nom je l’ai un peu oublié, il se fait nommé Narcisse, il est de l’ISM, il est jeune comme nous, mais il a eu l’expérience de la vie et lui sa qualité, il a déjà eu à être un professeur-là, il a marqué beaucoup de jeunes étudiants là-bas et son livre est très important parce que, il retrace son parcours, il est passé par un village SOS et voilà il est maintenant arrivé là, il est entrepreneur aussi et je passerais le lien à Corneille pour cela. 

Corneille TOWENDO : Très intéressant et voici un autre monsieur que j’aimerais rencontrer aussi le plus tôt possible, Monsieur Narcisse. Pour terminer merci de donner quelques conseils à la jeunesse africaine qui nous écoute de les pousser à l’action ou les pousser à l’entrepreneuriat tout simplement.

Cheikh Ahmadou Bamba FALL : Ok, c’est être téméraire parce que ce sera difficile pour ceux qui se réveilleront et voudront être entrepreneur. Je vais vous dire une chose c’est que vous pouvez entreprendre à n’importe quel âge et vous pouvez commencer dès la terminale ou dès la première, ce qui plus intéressant. C’est un défaut que l’on a ici c’est qu’on ne donne pas des cours en entrepreneuriat aux jeunes, on ne les spécialise pas assez tôt pour qu’ils puissent penser à cela. Essayer de commencer le plus tôt possible, élaborer un bon plan de carrière pour mélanger les deux entrepreneuriat et vos cours et voilà le monde, ça ne se résume pas seulement à votre projet entrepreneurial, vous pouvez en créer d’autres. Vous pourrez par exemple échouer sur ce projet et là, obtenir vos diplômes et intégrer une société, ce n’est pas mauvais, je le précise, ce n’est pas mauvais et au fil du temps, garder de l’argent de côté pour pourquoi pas un jour aller ouvrir quelque chose pour vous mais garder toujours cette fibre entrepreneurial parce que tous ceux pour qui vous allez aller travailler, ils ont commencé comme cela. Ce ne sont pas des sociétés qui sont venues comme ça, et qui sont tombées du ciel. Ce sont des gens qui se sont levés, et se sont dit je vais investir dans cela et créer cela, les réussites sont là, vous les voyez. Et réussir ce n’est pas seulement gagner des millions, réussir c’est avoir de quoi vivre déjà si vous avez de quoi vivre, faire vivre vos familles, c’est déjà une réussite en soi en entrepreneuriat. Parce que c’est ça le but, aider et s’aider soi-même. 

Corneille TOWENDO : Comme un ami entrepreneur le disait que je crois que c’était Jimmy KOUMAKO qui disait que lorsque vous réussissez à pouvoir payer votre loyer, vous pouvez payer vos factures et vous arrivez à vous acheter une petite pizza de temps en temps, ben pour lui le succès commence à partir de ça.

Cheikh Ahmadou Bamba FALL : Oui effectivement.

Corneille TOWENDO : Je crois que beaucoup d’entrepreneurs vont se retrouver dans ce que je viens de dire. Alors Cheikh Ahmadou Bamba FALL comment est-ce que nos auditeurs peuvent enfin vous contacter ou contacter votre entreprise Dev Corp.

Cheikh Ahmadou Bamba FALL : Pour contacter d’abord Dev Corp, il suffit juste d’aller sur le site web, qui est www.devcorp.tk et pour le mail c’est assez long, devcorpfourasm@gmail.com c’est tout.

Corneille TOWENDO : En tout cas ces liens seront disponibles sur la page de Cheikh Ahmadou Bamba FALL  qui sera disponible sur entrepreneurenaction.com donc vous pouvez juste aller sur la page et copier l’adresse e-mail ou le site pour y accéder plus facilement. Merci Cheikh Ahmadou Bamba FALL  d’avoir partagé avec nous vos expériences, beaucoup d’inspirations et de motivations et à très bientôt et que Dieu vous bénisse.

Cheikh Ahmadou Bamba FALL : Que Dieu vous bénisse aussi et bonne chance  aux futurs entrepreneurs que ce site web va créer et a ceux qui sont actuellement en activité. Vraiment je l’espère.

Corneille TOWENDO :   Merci Cheikh

facebooktwittergoogle_pluslinkedin
By | 2017-04-04T12:17:04+00:00 septembre 23rd, 2015|100-Audio-Podcast, Podcasts-EEAction|